nnnn 020   

                                                       Manet   

                                                           Omkara II

Tout commence par une petite promenade à Montparnasse dans la quartier de la Gaîté. En cette belle soirée d'automne, je pénètre dans le théâtre ; quelques minutes plus tard, je me retrouve plongée dans les mystères et la magie de l'Inde : dépaysement garanti.

Didier Lockwood est là dans une semi pénombre avec son violon électrique à 6 cordes. Le concert commence doucement, il finira dans la folie.
Car je vous confirme que cet homme est complètement fou... fou de musique, fou de jazz, évidemment. Je l'avais déjà constaté il y a 2 ans lors de son spectacle "Le Jazz et la Diva". Depuis, son état s'est aggravé... pour le plus grand bonheur de nos oreilles.

Le réglage du son, important en musique électronique, est parfait. Important aussi car je constate que mon violoniste préféré est toujours à la recherche de nouvelles sonorités et de nouveaux rythmes. Il montrera quelques instants plus tard en jouant lui-même sur un saxo électronique et sur une trompette munie d'une sourdine que dans ces 2 domaines, l'Inde l'a puissamment inspiré.

Le voyage ne serait pas complet s'il n'était doublé d'un véritable spectacle, assuré par le danseur indien Raghunath Manet. Fait pour s'entendre avec Didier Lockwood, il est à la fois chorégraphe, danseur de Bharata Natyam, compositeur et joueur de vinâ, bref, il sait tout faire et va nous le montrer pendant près de 2 heures.
Avec des airs comme Di Mi Ta, le beau danseur et musicien fait participer le public... enfin, disons plus honnêtement que nous essayons de suivre car peu à peu, les danses et les mélodies s'enchainent et s'emballent pour finir dans la folie dont je vous ai parlé.

Pour moi, un des très bons moments du spectacle reste celui ou Raghunath Manet se transforme en aigle menaçant qui attaque Didier Lockwood. Et il va voir qui c'est, Didier !... car celui-ci va l'affronter et le terrasser à grands coups d'archet sur un violon qui se met à pousser des rugissements plus vrais que nature.

Enfin, le dépaysement ne serait pas complet sans les percussions assurées par le musicien indien Murugan et la jolie chanteuse - aux allures d'extra terrestre - Aurélie Claire Prost qui nous prouve avec sa voix superbe, sa maitrise des mélodies et des rythmes venus d'ailleurs.
Alors, si vous aimez le violon, le jazz, l'Inde ou mieux les trois, n'hésitez pas : allez voir Omkara II (à l'affiche de la Gaîté Montparnasse à Paris jusqu'au 31 décembre 2011).

            

          

                                     Affiche Omkara

                          nnnn 017

                          nnnn 019

                          nnnn 021

                                   Raghunat Raghunat (2)

                          rue

                                Dédicaces avec Rhagunath Manet.

                                  DSC08385

                                     Et une photo avec Didier Lockwood 

                         Surprise

                                    DSC08386

             

                                    Extrait de fin de spectacle Magique !

A deux reprises j 'ai applaudi ces magnifiques artistes: en cadeau ...un bel échange  avec Didier Lockwood !

                                                   

                                                  ALLEZ - Y